Chants traditionnels - improvisation vocale – mouvements et récits Époques - Points fixes servant de point de repère ou de départ à nos frises historiques

Au milieu du public, Pauline Weidmann partage Époques à la manière d'une histoire, transmise à même le sol et entre les gens.
Utilisant l'espace et ses points de vues, elle travaille à adapter son écriture à chaque lieu.
Époques est le spectacle d'une femme qui façonne sa tradition à la mesure du nécessaire. En piochant dans les répertoires des territoires de ses aïeux et de ceux qui l'habitent, de part et d'autres de l'Europe, en creusant sous les couches de l'histoire politique et sociale, en rénovant les principes de la transmission orale. Elle fait la somme en un récital de chants avec lequel elle tente de faire corps. Un rite bidouillé pour habiter l'époque.
Entre lyrisme et absurde, les questions se posent et laissent à l'audience le loisir d'y croire.







“On a souvent souligné le rôle de la ritournelle : elle est territoriale, c'est un agencement territorial. L'oiseau qui chante marque ainsi son territoire... Les modes grecs, les rythmes hindous, sont eux même territoriaux, provinciaux, régionaux. La ritournelle peut prendre d'autres fonctions, amoureuse, professionnelle ou sociale, liturgique ou cosmique : elle emporte toujours de la terre avec soi, elle a pour concomitant une terre, même spirituelle, elle est un rapporte essentiel avec un Natal, un Natif. Un « nome » musical est un petit air, une formule mélodique qui se propose à la reconnaissance, et restera l'assise ou le sol de la polyphonie (cantus firmus). (…) force du chaos, force terrestre, force cosmiques : tout cela s'affronte et concours dans la ritournelle.” Mille Plateau - Guattari et Deleuze








Auteure et interprète :
Pauline Weidmann
Création sonore et régie plateau :
Estelle Bellemin
Création chorégraphique :
Lucie Lintanf
Accompagnement vocal : Joëlle Colombani
Regard extérieur et veille à l’épure : Daphné Achermann
Soutien à la dramaturgie :
Jean Benoit l’Héritier
Oreilles et suggestions sonores : Nocola Henry.
Recherche visuelle, photographie, diapositive et film super 8 : Nantalia Santo et Céline Lixon.
Soutien à la production :
Aurore Stalin
Production :
l’Enracinée
Coproduction :
HONOLULU Nantes, Le Logelloù, Théâtre de Bécherel
Accueils en résidence :
Onyx St Herblain, Honolulu à Nantes, Théâtre de la Gobinière à Orvault, le Logelloù à Penvénan, théâtre de Bécherel, Cité du livre à Bécherel, Nouveau Studio Théâtre à Nantes, Fabrique de Nantes, Upcp Métive à Parthenay, l’image qui parle à Paimpol, La Fourmi-e à Rostronen.
Aide à la maquette :
Région Pays de la Loire, Département Loire-Atlantique
Aide à la création :
Département Loire-Atlantique.

Merci grand à Marie-Laure Guennoc, Delphine Soustelle Truchi et Sophie Huguet pour les notes, les regards complices et le soutien. Grand merci à Marlene Belly, Anna Duval Guennoc et Morgane Montagnat pour les conversations à propos de l’origine de nos répertoires. Merci à ma tante Béatrice et à l’autre Monique pour les arbres et les textes des aïeux, à l’ami de l’oncle du feu grand-père pour les pistes d’enquête dans le Muotathal Suisse. Merci à Elise Neau pour ses gestes fertiles, à Anna Le Bozec pour la question qui m’a mise en mouvement, à Robin Mercier pour la dramaturgie du corps et à Mariane Moula pour les pistes d’écoutes.

Durée :
60 min.