ICI (ÉPOQUES)

Fiction de tradition - théâtre de chant
Pauline Weidmann 
Création 2020-2021 
le dossier ︎


Extrait de la rencontre avec Marlène Belly
Ethnomusicologue, spécialiste des répertoires chansonniers francophones de tradition orale.


"Lorsque je lui raconte que le plateau (de théâtre) où j'imagine restituer, est pour moi une grande ironie qu'il m'importe de questionner, nous haussons toutes les deux les sourcils. Évidemment, il est impossible de populariser la musique en agissant depuis cet endroit là. Peut-être que le fait même de parler de musique populaire nous fait monter sur des estrades et des plateaux, nous fait grimper sur une échelle sociale qui nous sépare du sol. De ce sol nécessaire à toute forme de son, de voix, de rythme et de ronde, de peuple en somme. Marx disait « ce n'est pas la conscience qui détermine la vie, c'est la vie qui détermine la conscience » dans l'idéologie allemande.
    Est-ce qu'on vit là ? À l'été pluvieux de 2019, en buvant des jus de fruits Pago et en discutant de chants traditionnels dans un festival spécialisé à ce propos ?

    Déborah Cohen affirme, dans son étude du mot peuple, que le mot est aussi un endroit où l'on peut s'affilier, se retrouver et réinventer son identité. Toutes les deux, avec ce même jus de fruit, je crois que c'est ce qui nous arrive. Depuis nos souvenirs jusqu'à nos désirs. On tire les fils de ces mélodies, ces pelotes de pays et on avance doucement vers la reconnaissance d'un commun, d'un chant commun.
Bon.... nous chercherons, pour l'instant, on essaie de se comprendre et on tente de ne pas verser dans les dérives populistes ou dans les faux airs.

    Nous nous disons qu'il sera bon d'échanger encore. Qu'il y a beaucoup à faire...
    Marlène s’arrête un moment sur une idée qu'elle n'aura pas le temps de finir parce que quelqu'un vient la saluer et qu'il est l'heure mais qui, je crois, est l'endroit au milieu. Elle dit : il y a quelque chose que je n'arrive pas à démontrer mais qui me fait beaucoup chercher, c'est ce que ces chants racontent de l'humanité que l'on transporte avec eux, dans leur sonorité ou à travers, quelque chose qui dépasse largement l'histoire ou la géographie des récits, il y a autre chose....

je repars sous la pluie,
la tête et l'envie toutes atomisées."
P.







Le spectacle serait une succession de tableau sans dramaturgie, il serait la composition en couche de territoires et d'héritages sur une voix qui s'oeuvre à habiter. Une composition absurde d'identité, sur une localité trouvée au milieu, au carrefour de plusieurs migrations.  



collaboratrice sonore
Estelle Bellemin
Nicolas Henry

Musiciens

collaboratrice image et lumière
Natalia Santo
Photographe Vigneronne

collaboratrice vocaliste
Joëlle Colombani
vocaliste metteure en scène formatrice à la méthode FM. Alexander

collaboratrice chorégraphe
Daphné Achermann
Chorégraphe herboriste musicienne
Lucie Lintanf - performeuse

collaborateurs à la mise en scène
Jean-Benoit l'Héritier / comédien metteur en scène

collaboratrices chercheuses
Marlène Belly
ethnomusicologue spécialiste des répertoires chansonniers francophones de tradition orale.

Morgane Montagnat
Géographe apprenti chercheuse représentations et pratiques des musiques traditionnelles

Corinne Lepage 
formatrice -    auteure d’une conférence gesticulée sur le corps dans les mouvements d’éducation populaire.


Sortie – Décembre 2021


Production l'Enracinée
10 rue d'Angleterre // 44000 Nantes
Siret : 818 237 950 00014
0033671121615 /// enracinee@gmail.com
n°licence entrepreneur du spectacle : 2-1094248 / 3-1094249
www.l-enracinee.fr
www .facebook.com/enracinee

aide à la production - Aurore Stalin - Slow danse

accueils en résidence  
Théâtre ONYX, Scène conventionnée de Saint-Herblain
Nouveau Studio Théâtre - Nantes
Théâtre de Becherel
UPCP Métive - Parthenay
La Frabrique de Nantes
Honolulu - Nantes.
l'Image qui parle - Paimpol
Logellou - Penvénan

soutiens
Région Pays de la Loire
Département Loire Atlantique
Drac Bretagne.
Honolulu et la compagnie ORO - Nantes.